Retour aux 5 étapes

Sommaire du dossier

Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Santé

Les formations pour exercer dans le médical

Publication : 6 février 2018
De la PACES (1re année commune aux études de santé) jusqu'à l'internat de médecine, en passant par les études de sage-femme ou dentaires, les formations médicales sont exigeantes et longues. Tour d'horizon des cursus proposés.

Vidéo - Témoignages d'étudiantes et d'étudiants en PACES

Un métier, un diplôme

En France, les professions de santé sont réglementées. Pour exercer, il faut détenir le titre exigé. Médecins, chirurgiens-dentistes, pharmaciens et sages-femmes ont donc tous un DE (diplôme d’État) qui correspond à leur filière : DE de docteur en médecine, DE de chirurgie dentaire, etc. Celui-ci se prépare et s’obtient dans le cadre d’un cursus dédié. Pour qui veut rejoindre ces métiers, il n’y a donc qu’une voie de formation possible à chaque fois.

Une 1re année commune

Le parcours d’études commence directement après le bac par la PACES (1re année commune aux études de santé). Les bacheliers S constituent la quasi-totalité des effectifs puisque le programme comporte de la chimie, de la physique, des mathématiques et de la biologie. Certaines universités ont mis en place des parcours alternatifs à la PACES.

Le nombre de places ouvertes aux concours d’entrée à l'issue est fixé chaque année par un arrêté ministériel, pour mieux réguler le nombre de professionnels formés. On parle de "numerus clausus". Pour 2017-2018, sont ainsi ouvertes 8205 places en médecine, 3124 places en pharmacie, 1203 places en chirurgie dentaire et 991 places en sage-femme. Les candidats peuvent présenter une ou plusieurs filières au concours.

Au total, 30% des étudiants en moyenne franchissent l’obstacle du concours, en 1 ou 2 ans. À partir de la 2e année, la formation devient spécifique à chaque filière.

Des études denses

Il faut compter 9 à 11 années d'études au total pour devenir médecin, 6 ou 9 ans pour devenir pharmacien, 6 à 9 ans pour devenir dentiste et 5 ans pour devenir sage-femme.

Points communs à ces études médicales :

  • un volume important de connaissances théoriques à acquérir, qui deviennent de plus en plus spécifiques au métier au fil des ans;
  • une place centrale donnée à la pratique et à l'apprentissage sur le terrain. L'emploi du temps comprend ainsi de nombreux TP (travaux pratiques) et des stages obligatoires dans des structures et/ou services variés, avec une autonomie qui va croissante;
  • une formation scientifique et médicale pointue associée à une ouverture en sciences humaines et sociales (sur l’économie de la santé, la protection sociale, les valeurs professionnelles, la qualité et la sécurité des soins, etc);
  • une spécialisation possible en cours de cursus pour les futurs médecins, dentistes et pharmaciens par le biais de l'internat, ou à l'issue dans le cas de la filière sage-femme;
  • une rémunération des étudiants en avançant dans le cursus.