Retour aux 5 étapes

< Retour à la page précédente < Revenir à la version courte

Fiche métier

enseignant / enseignante humanitaire

Classe d'alphabétisation, enseignement du français, animation d'ateliers professionnels... l'enseignant humanitaire participe à la formation d'enfants ou d'adultes dans des régions particulièrement démunies.

Le métier

Nature du travail

Alphabétisation et enseignement

De l'alphabétisation d'adolescents à la formation de directeurs d'école, les projets humanitaires dans le domaine de la formation sont très variés.

L'enseignant humanitaire apprend aux adultes à parler le français ou l'anglais (langue des affaires), ou à se servir d'un ordinateur. S'il est professeur de FLE (français langue étrangère), il assure, en plus du français, l'apprentissage d'autres disciplines à des collégiens ou lycéens. Il contribue ainsi à leur ouverture culturelle vis-à-vis de la francophonie. Certaines associations recherchent également des formateurs aux métiers manuels, en sport, etc.

Conseil pédagogique

Une mission humanitaire comprend souvent une part d'enseignement et d'éducation de la population. De même, la formation de professeurs au niveau local et de conseillers pédagogiques est une étape importante pour pérenniser un projet. L'enseignant humanitaire peut les épauler pendant des cours de conversation. Ou encore les aider à mettre au point du matériel et des contenus pédagogiques, définir avec eux des cursus scolaires, créer des bibliothèques, des ateliers informatiques... Parfois, il réintègre les enfants dans le système scolaire par le biais d'activités récréatives : jeux, théâtre, chorale, sport, etc.

Compétences requises

Passion et responsabilité

Partir à l'autre bout du monde pour enseigner des rudiments du français, de la bureautique ou de la menuiserie demande un réel engagement et de l'altruisme. Il faut de plus être très adaptable et plein d'imagination pour faire face à tout type de situation et de conditions d'enseignement. Avant d'envoyer une personne en mission, une ONG (organisation non gouvernementale) peut lui demander de solides références.

Une spécialité, voire deux

Les ONG importantes font appel à des professeurs des écoles, des professeurs titulaires du CAPES (certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement du 2d degré) ou du CAFEP (certificat d'aptitude aux fonctions d'enseignement du privé), ou des professeurs agrégés en détachement. Les titulaires d'une licence de lettres ou de FLE possédant au moins 3 ans d'expérience sont recherchés pour former de futurs enseignants de français. Autres profils recherchés : des formateurs d'adultes et des diplômés en ingénierie de la formation sachant concevoir des activités, définir une progression d'apprentissage et animer une équipe.

Une connaissance des langues

Dans certains pays, la barrière de la langue est totale. À défaut de connaître la langue du pays, l'anglais (ou l'espagnol dans certains cas) sert à communiquer.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Sur le terrain

Bien souvent, l'enseignant humanitaire mène sa mission dans un pays pauvre ou en crise. Il travaille en lien avec l'équipe d'expatriés (chef de mission, administrateur, traducteur, psychologue, éducateur de rue...) et les représentants du pays. Il est également en lien avec l'ONG (organisation non gouvernementale) qui l'a envoyé en mission. Il doit s'attendre à des conditions d'enseignement et de vie souvent difficiles.

Former et développer

Selon le contexte de la mission, les activités pédagogiques de l'enseignant humanitaire diffèrent. Il commence souvent en aidant ou en formant les professeurs locaux. Il doit s'adapter à la culture du pays et amener ses propositions pédagogiques en douceur pour qu'elles soient plus facilement acceptées par les enseignants et les élèves.

Préparer et corriger

En plus de la présence en salle de cours, l'enseignant humanitaire peut avoir à corriger des copies ou à préparer des cours, voire à imaginer des activités ludiques pour dispenser ses enseignements. Selon la taille de l'organisation, il peut également avoir des réunions avec d'autres humanitaires, l'équipe locale, ou des rapports à fournir sur son activité.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

Le volontaire reçoit une indemnité environ 500 euros par mois. Le montant dépend du niveau de vie du pays d'accueil.

Intégrer le marché du travail

Des missions plus ou moins longues

Certaines ONG (organisations non gouvernementales) proposent des missions courtes (1 ou 2 mois) à des bénévoles non rémunérés. Ces missions servent alors de première expérience dans le domaine.

Les missions plus longues (1 ou 2 ans) débouchent en principe sur un contrat de volontariat, avec prise en charge du transport, de l'hébergement et des frais de vie sur place, de la couverture sociale et d'une indemnité mensuelle.

Surtout dans l'éducatif

Le secteur éducatif est un pôle important de l'humanitaire. Sur la totalité des volontaires en mission, plus du quart d'entre eux sont des enseignants, des formateurs ou des conseillers pédagogiques. Certaines ONG ont une action développée dans ce domaine: Défap (Service protestant de mission), DCC (Délégation catholique pour la coopération), Enfants du monde - Droits de l'homme, Écoles sans frontières. Des postes de coordination de projet sont parfois proposés à des personnes ayant déjà effectué des missions.

Accès au métier

Accès au métier

Les ONG recrutent des enseignants titulaires (professeurs des écoles, capésiens, agrégés) et des spécialistes du français langue étrangère (FLE), possédant déjà une expérience.

Pour être enseignant il faut réussir l'un des concours de professeur : celui du concours de professeur des écoles, du CAPES ou de l'agrégation et être titulaire d'un master.

En savoir plus

Témoignages

Pauline, en service civique à Haïti

Une expérience qui fait grandir !

"Après mon diplôme universitaire des métiers d'art, je n'arrivais pas à trouver de travail. Quand j'ai vu un reportage sur le service civique, j'ai tout de suite été intéressée. L'humanitaire m'attirait, mais je n'avais pas le bon profil. Là, c'était une opportunité. Les choses sont allées très vite : 1 mois après le tremblement de terre, nous étions sur place. Notre mission était la rescolarisation des enfants. On travaillait dans 5 écoles différentes, en binôme. Sur place, j'ai monté des ateliers artistiques ; on faisait aussi de la danse, du français, de la lecture et, bien sûr, du soutien moral. Il y avait tous les âges dans la classe, le plus grand avait 22 ans ! C'est une expérience qui m'a fait grandir, m'a permis de prendre du recul... et un nouveau départ puisque, au retour, j'ai trouvé très vite un poste d'enseignante en arts plastiques."

(19/03/2016)

Ressources utiles

www.clong-volontariat.org

Site du Comité de liaison des ONG, CLONG

www.coordinationsud.org

Coordination SUD, portail des ONG

Publications

Publications Onisep

Les métiers de l'enseignement et de l'éducation
collection Parcours, Onisep
parution 2013