Retour aux 5 étapes

< Retour à la page précédente < Revenir à la version courte

Fiche métier

sage-femme

Sage-femme signifie "qui a la connaissance, l'expérience de la femme". Le terme "femme" fait référence à la femme enceinte, et non au sexe de la personne qui exerce le métier. On parle donc de femme sage-femme ou d'homme sage-femme, bien que le métier ne soit représenté que par 2.6% d'hommes. Si la naissance est le point d'orgue du métier, il s'agit aussi d'accompagner la femme enceinte tout au long de la grossesse et jusqu'au 7e jour de vie du bébé. Avec des responsabilités de plus en plus importantes. 

Le métier

Nature du travail

Assurer le suivi prénatal

La femme sage-femme ou l'homme sage-femme assure le suivi de la grossesse normale. Son intervention est d'ordre à la fois médical (échographies, surveillance du foetus, dépistage des facteurs de risques...) et psychosocial (suivi psychologique de la future mère, séances de préparation à l'accouchement). Dans un centre de PMI (protection maternelle et infantile) ou de planification familiale, il/elle joue surtout un rôle d'information et de prévention : séances d'information, visites à domicile, sensibilisation aux risques d'accouchement prématuré...

Assurer les accouchements

À l'hôpital, il/elle assure les accouchements seul/e dans 70 % des cas. Il/elle surveille, pas à pas, l'évolution du « travail » jusqu'à la naissance. Si un risque se révèle ou qu'une césarienne est à prévoir, il/elle fait appel au gynécologue-obstétricien ou au chirurgien. Après la naissance, avec le puériculteur ou la puéricultrice, il/elle examine le nouveau-né, contrôle ses réflexes et sa bonne santé. Lorsqu'il/elle exerce en libéral, au domicile, il/elle intervient sans la présence d'une équipe médicale : mieux vaut une solide expérience derrière soi.

Assurer le suivi postnatal

Durant les jours qui suivent, il/elle surveille le nouveau-né et prodigue les soins nécessaires à la mère. Il y a les suites de couches, la visite post-natale, voire la rééducation post-natale. Au-delà, les femmes et hommes sages-femmes sont maintenant autorisés à proposer à toute patiente en bonne santé des consultations de contraception et de suivi gynécologique de prévention.

Assurer le suivi de la femme en bonne santé

Les sages-femmes ont également élargi leur rôle en suivant la femme en bonne santé, depuis son adolescence jusqu'à la ménopause. Leur domaine d'intervention s'arrête en cas de diagnostic pathologique : ils/elles orientent alors la patiente vers un médecin spécialiste (gynécologue ou obstétricien). Les sages-femmes pratiquent également le suivi gynécologique : réalisation de frottis, prescription et pose de moyens contraceptifs, avortement médicamenteux, dépistage de cancers féminins...).

Compétences requises

Sens du relationnel

Doté/e de compétences scientifiques et médicales, la femme sage-femme ou l'homme sage-femme possède aussi un excellent sens relationnel. Sa capacité à établir une relation de confiance avec la patiente est primordiale. C'est un métier d'aide et de soutien, où pédagogie et disponibilité sont indispensables.

Endurance

Une grande résistance physique et nerveuse est attendue, notamment à cause des horaires variables (gardes, travail de nuit et le week-end)... Les bébés n'arrivent pas toujours aux heures de bureau ! Il/elle doit pouvoir enchaîner les accouchements même si il/elle est fatigué/e. Sans compter que sa responsabilité est lourde, et le stress jamais loin. Mieux vaut donc avoir les nerfs solides.

Grande stabilité émotionnelle

Si la femme sage-femme ou l'homme sage-femme partage des moments forts avec les futurs parents, il/elle fait parfois face à des situations difficiles : un handicap à annoncer ou des complications de grossesse à gérer. Rassurant/e, il/elle doit répondre avec pertinence aux inquiétudes ou aux interrogations des parents. Il arrive même qu'il/elle soit confronté/e à la mort. Savoir prendre du recul est indispensable.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

L'activité libérale en progression

Plus de 21 % des femmes et hommes sages-femmes ont adopté le statut libéral et plus de 6 % cumulent une autre activité. L'exercice salarié en établissement de santé demeure le mode d'exercice majoritaire (71 % des sages-femmes en activité au 01/01/2014), mais, en proportion, il est de moins en moins fréquent car l'activité libérale se développe très rapidement (+ 36 % entre 2011 et 2014), notamment par les jeunes professionnel/les de moins de 30 ans (+ 11 %).

En collaboration avec les médecins

En général, la journée (ou la nuit) comprend entre 8 et 12 heures de garde, le plus souvent avec un rythme intense devant l'affluence des patientes. Un travail en étroite collaboration avec les gynécologues-obstétriciens ou les chirurgiens en cas de complication ou de césarienne. Et/ou avec les anesthésistes lorsqu'il est question de poser une péridurale ou de procéder à une anesthésie générale.

Vers plus de responsabilités

Pour soulager les cabinets des gynécologues débordés, le champ d'activité de la profession a été élargi, avec désormais un vrai rôle de diagnostic, de prévention et de prescription. Surtout, avec la généralisation de la péridurale, les femmes et hommes sages-femmes sont devenus beaucoup plus technicien/nes dans le maniement de certains outils ou le dosage de médicaments (antalgiques, coagulants...).

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

2024 euros brut par mois (dans la fonction publique hospitalière).

Intégrer le marché du travail

 Des effectifs toujours croissants...

En 2017, près de 29 000 femmes et hommes sages-femmes étaient en activité (rapport du Conseil national de l'ordre des sages-femmes, janvier 2017). En 2014, 44 % exerçaient au sein de maternités publiques, 13 % dans les maternités privées et les Espic (établissements de santé privé d'intérêt collectif).Ces effectifs sont en augmentation régulière depuis 10 ans, alors que le numerus clausus est stable (1021 places/an).

...mais des emplois stables plus rares

Aujourd'hui, rares sont les établissements de santé qui proposent un CDI pour les jeunes professionnel/les. Si les établissements publics continuent à embaucher, ils proposent de plus en plus souvent des CDD (contrats à durée déterminée).

Changer d'orientation

Avec de l'expérience et une formation spécifique (master en santé publique, management et ingénierie de la santé, biologie...), une femme sage-femme ou un homme sage-femme peut s'orienter vers la recherche, l'enseignement en école de sages-femmes, le paramédical car il/elle bénéficie d'une dispense partielle de scolarité pour exercer certains métiers : ergothérapeute, masseur-kinésithérapeute, infirmier...  Il/elle peut encore se spécialiser en puériculture.

Accès au métier

Accès au métier

5 années d'études sont nécessaires pour devenir sage-femme : 1 an à l'université puis 4 ans dans l'une des 38 écoles de sages-femmes agréées par les régions, dont 2 écoles privées payantes. La formation débute par la PACES (première année commune aux études de santé) accessible après le bac (S de préférence). La PACES se termine par un concours au nombre de places restreint (20 % d'admis). A noter : dès 2020, la PACES et le concours de 1ière année seront supprimés et devraient être remplacés par des partiels organisés tout au long du 1er cycle.

En 2e et 3e années de maïeutique : anatomie, physiologie, obstétrique et pédiatrie. S'y ajoutent des langues vivantes, de la sociologie, de la psychologie, de l'éthique, du droit et une initiation à la recherche... L'étudiant apprend à suivre une grossesse qui se déroule normalement. Un tiers de la formation est consacré aux stages. En fin de 3e année, obtention du diplôme de formation générale en sciences maïeutiques, de niveau licence.

En 4e et 5e années : elles sont davantage axées sur l'étude des pathologies et des grossesses à risques. On y retrouve les matières des 2e et 3e années. Côté pratique, des stages en maternité ou en pédiatrie sont prévus, assortis d'un stage préprofessionnalisant de fin d'études de 6 mois. Les étudiants doivent également soutenir leur mémoire pour obtenir le DE (diplôme d'État) de sage-femme.

Niveau bac + 5

  • DE sage-femme

Exemples de formations

Après BAC

bac + 5

En savoir plus

Témoignages

Sidonie, sage-femme libéraleen cabinet à Bagnolet (93)

Accompagner les jeunes mamans

"Fait-on ce métier pour les bébés ? Pour moi, c'est bien plus la mère qui est au coeur. Accompagner l'éveil et le parcours d'une femme au cours de la maternité, de l'accouchement et éventuellement de l'allaitement est assez fascinant ! Les consultations peuvent être l'occasion pour elle de redécouvrir son corps au travers de la sophrologie, certaines techniques de relaxation... Les façons de travailler sont très variées. J'ai choisi le libéral pour me mettre au diapason d'une femme enceinte, c'est-à-dire avancer lentement. Et puis, avec le suivi gynécologique de prévention, c'est motivant de pouvoir continuer à suivre les patientes que l'on a encadrées durant leur maternité."

(21/04/2012)

Ressources utiles

www.onssf.org

Site de l'ONSSF (Organisation nationale des syndicats de sages-femmes) : informations professionnelles et textes officiels

www.ordre-sages-femmes.fr

Conseil national de l'Ordre des sages-femmes

Publications

Publications Onisep

Les métiers du médical
collection Parcours, Onisep
parution 2019